Cambodge – Phnom Penh – Lieux d’histoire sur le génocide

Avant de quitter le Cambodge, nous avons souhaité en apprendre plus sur la dure histoire de ce pays. Bombardé par l’armée américaine qui faisait la guerre au Vietnam durant les années 70, les habitants se sont réfugiés dans les villes. La célèbre date du 17 avril 1975 marque l’entrée des Khmers rouges dans la capitale, où ils sont accueillis comme des libérateurs…pourtant le pire reste à venir. Sous prétexte de bombardement imminents de la part des armées américaines, la capitale est évacuée en trois jours. Tout le monde doit partir : malades, femmes enceintes…les hôpitaux sont évacués et ceux qui ne veulent pas quitter leur domicile sont exécutés sur le champ. Des milliers de personnes périssent durant cette exode forcée. L’ensemble des villes du Cambodge subira le même sort, le but de Pol Pot (dirigeant des Khmers rouges) étant que l’ensemble de la population rejoigne les campagnes et travaille dans les rizières. Il décide ainsi d’exterminer ce qu’il appelle peuple nouveau (médecins, professeurs, artistes, ingénieurs, toutes personnes sachant parler plusieurs langues, qui savent lire ou écrire… porter des lunettes ou avoir les mains soignés suffit à ce faire arrêter), l’objectif étant de conserver le peuple de base (les Cambodgiens travaillant dans les campagnes, les paysans). Pourtant, l’ensemble des deux groupes qu’il dicte va vivre un enfer. Les habitants des villes rejoignent les villages et, tout comme les paysans, deviennent esclaves du régime qui demande une production de riz impossible et qui ne distribue que de faible ration.
Les khmers rouges vivent dans la paranoïa et des milliers de personnes sont arrêtées chaque jour et torturées à travers plus de 300 centres dans le pays. Ils sont accusés d’être des espions pour la CIA ou le KGB, de connaître des personnes de leur famille ou de leur entourage luttant contre le régime…
Le slogant du régime est alors « Il vaut mieux tuer un innocent que de laisser vivre un ennemi. »
Le centre le plus célèbre, nommé Tuong sleng ou S-21 se situe à Phnom Penh, nous l’avons visité.
L’atmosphère y est lourde d’histoire et de souffrance. Entre 12 000 et 20 000 personnes furent torturées ici, forcées sous la torture à rédiger des aveux. La torture pouvait être réalisée jusqu’à 3 fois par jour. Les cellules ou pièces où étaient entassés les prisonniers témoignent encore des conditions abominables… durant cette visite des milliers de visages affichés sur les murs vous regardent. Il s’agit des personnes torturés ici, homme, femme, vieillard, enfant…
Nous découvrons les salles de tortures, le sommier et les fers inchangés par le temps, nous voyons aussi les instruments utilisés et la manière dont ils les utilisaient. La visite est difficile tant le lieu est pesant et chargée d’horreur.
Le directeur de cette prison était d’une organisation extrême et chaque personne possèdait un dossier complet (photo, biographie, aveux). Dans les salles de tortures, les photos des cadavres sont affichés au mur. Les tortionnaires prenant une photo de leur travail afin de prouver que le prisonnier était bien mort.
Seul 12 survivants ont été retrouvés. L’amoncellement de victimes étant trop important, il n’y avait plus de place pour enterrer les cadavres dans l’enceinte des bâtiments. Les prisonniers ayant signés leurs aveux étaient conduit au Killing field, situé à 15 kilomètres de Phnom Penh afin d’être exécuté. Nous avons rejoint lieu le lendemain de la visite de S-21.
Nous avons ainsi appris que les personnes exécutées arrivaient en camion de nuit, attachées et les yeux bandés. Ils pensaient être transférés dans un autre centre… mais la mort les attendait. Au plus fort de la paranoïa du régime, 300 personnes étaient exécutées chaque jour dans ce lieu.
Les prisonniers étaient forcés à s’agenouiller au bord de la fosse, les tortionnaires les abattaient alors avec tous les outils possibles mais d’utiliser pas d’arme à feu car cela coûtait cher et faisait du bruit. Le site était entouré d’un mur de 2.5 mètres et une musique de chant révolutionnaire était diffusé afin de couvrir les cris des prisonniers. Pour cacher les odeurs des fosses, les cadavres étaient recouvert de pesticide. Ce site compte environ 130 fosses, toutes n’ont pas été réouvertes. Il existe une fosse dédiée aux bébés, les explications ont été très difficile à entendre car un arbre, juste à côté de la fosse, était utilisé pour tuer les bébés. Les squelettes et habits ont été regroupés dans un stupa, un grand monument en l’hommage de toutes les victimes. Cependant, on continue de voir remonter les vêtements et les os sur le lieu, à cause de l’érosion. Le stupa contient les crânes et les os longs organisés en 17 étages. Une partie des crânes a été analysé afin de déterminer les armes utilisés pour donner la mort. Cet endroit est une place chargée d’émotion et il est impossible de rester insensible face à toutes ses horreurs.
Nous avons été très émues par l’histoire de ce pays, par ce qu’il a traversé. La terreur instaurée par le régime prend fin en 1979 grâce à l’armée vietnamienne. Cependant les dirigeants khmers rouges ne seront jugés qu’en 2007, Pol pot ayant pu profiter de ses petits enfants, est mort dans sa maison. Au final, 1 cambodgien sur 4 est mort à cause des Khmers rouges, ces crimes sont récents (seulement 38 ans) et cela se ressent encore. Le pays a été vidé d’intellectuel, les enfants n’ont pas pu aller à l’école, le traumatisme est difficile à surmonter…
Le pays se reconstruit petit à petit, mais beaucoup de mines sont encore présentent dans tous le pays. Dans la rue, on aperçoit beaucoup de mutilés de guerre dû aux explosions et la pauvreté est encore extrême. Il était important pour nous de vous parler de ce que nous avons appris sur cette partie de l’histoire. Il ne faut pas l’oublier, et nous pensons qu’il faut encore être vigilant car des génocides se produisent actuellement dans le monde et aucun pays n’est à l’abri de la guerre et d »idées extrêmes qui sont dangereuses pour notre humanité.

« Les extrêmes marquent la frontière au-delà de laquelle la vie prend fin, et la passion de l’extrémisme, en art comme en politique, est désir déguisé de mort. »

Milan Kundera, L’Insoutenable légèreté de l’être

Merci de continuer à nous suivre, nous sommes depuis ce matin de retour en France, merci encore de tout votre soutien,

Coline et Flore

Cambodge – Projet Green School – Association PSE (Pour un Sourire d’Enfant)

Il y a quelques jours nous avons rejoint le petit village de Keo Phos. Nous avions entendu parler de la Green School sur les réseaux sociaux. Après quelques échanges par mail avec Stéphane le créateur du projet, nous décidions de partir à la rencontre de cet homme qui vit depuis un an au Cambodge (Après 74000 km en moto à travers l’Asie).
Stéphane, après une première fugue à 8 ans et une seconde à vélo à 13 ans, a arrêté l’école très jeune. Il connaît la rue pendant des années et fait différent métiers ; de berger à fakir en cabaret, en passant par coursier à vélo. Il s’offre une vie de voyage et de liberté. Il revient en Asie après l’avoir connu 20 ans auparavant. Stéphane est choqué par la gestion des déchets par les autorités et le comportement des locaux concernant l’utilisation des emballages. Depuis 4 ans, il sensibilise les habitants à l’écologie et au respect de l’environnement. La Green School en est le dernier maillon. Il souhaite changer les choses grâce à l’éducation ainsi qu’avec des messages de propagande écologique.
Depuis 3 mois, il a posé ces quelques affaires et sa moto à Keo phos, un village de pêcheur et de dockers. Son projet permet aux enfants du village, certains n’étant pas du tout scolarisés, d’assister à des cours en anglais et de les sensibiliser à l’environnement notamment à la gestion des déchets. Stéphane nous a permit d’aller au coeur du village où les conditions de vie sont précaires, beaucoup d’alcool et de drogue. Peu d’enfant ont accès à l’école. Les habitants nous ont livré leurs rêves dans leur langue, le khmer.
Nous avons aussi pu assister à la leçon de l’après midi avec les enfants. Nous vous invitons à découvrir son projet sur sa page facebook « The Green School Cambodia ».
Il accueille actuellement 5 volontaires qui aident à la construction du futur logement des bénévoles, de Dan et de lui-même car ils vivent en ce moment dans une petite maison loué chez un villageois mais qu’ils doivent rendre dans quelques semaines. Les bénévoles assurent aussi une activité sportive auprès des enfants ainsi que de l’aide durant les cours. Dan est un jeune khmer préoccupait par les questions d’environnement de son pays. Il accompagne Stéphane quotidiennement en l’aidant à la traduction auprès des habitants et en l’assistant dans ce projet. Stéphane aimerait parrainer Dan afin qu’il devienne instituteur dans l’école du village et qu’il promouvoit les valeurs de l’écologie dans son pays (une campagne de crowdfunding va sortir prochainement, nous vous la partagerons).
Le soir, nous avons partagé un repas au bord de la mer avec les amis pêcheurs de Dan sur une maison en piloti. Crabes et petites crevettes au menu en compagnie des autres volontaires, nous avons passé un super moment tous ensemble. Si vous souhaitez aider Stéphane dans son projet, matériellement, financièrement, physiquement, n’hésitez pas à nous contacter, nous vous mettrons en lien avec celui-ci.

En retournant à Phnom Penh, nous sommes allées dans l’association PSE, Pour un Sourire d’Enfant. Nous avons fait la connaissance de Laure, qui est en stage pour l’ONG depuis 6 mois. Elle nous a fait visiter le centre et nous a permit de récolter les rêves de quelques étudiants. Pour Un Sourire d’Enfant a pour mission de sortir les enfants de l’extrême misère et de les conduire à un métier qualifié, digne et correctement rémunéré. Pour cela, 6 programmes principaux adaptés au besoin des enfants ont été développés : nourrir, soigner, protéger, éduquer, former à un métier, et aider leurs familles. Un film est sorti en octobre 2016 retraçant l’histoire de l’association et a fait plus de 190 000 entrées au cinéma. Nous vous encourageons a allé le voir, son nom est « Les pépites ».

Nous vous parlerons dans un prochain article de ce que nous avons découvert à Phnom Penh : les lieux bouleversants qui retracent le génocide perpétrés par les Khmers rouges.

Et bien sûr, la semaine prochaine nous écrirons un article résumant nos 6 mois d’aventures.

Merci à tous, vous êtes plus de 1900 à nous suivre aujourd’hui sur notre page, merci encore de partager notre projet et d’en parler autour de vous, on vous retrouve très vite en Cévennes, en France ou ailleurs…

Coline et Flore

Cambodge – Kampot – Kep – L’île aux Lapins- Koh Rong Samloem & Koh Rong

Nous venons de passer quelques jours dans le sud du Cambodge. Nous sommes arrivées à Kampot, où nous avons décidé de nous poser deux jours dans cette petite ville agréable. Un soir nous sommes parties sur un bateau pour admirer le couché du soleil et apercevoir des lucioles sur la rive en pleine nature. Nous étions sur le toit, embrassant le paysage de toute sa grandeur, un moment très sympa. Nous sommes ensuite parties pour Kep où nous avons pris le temps d’aller au marché aux crabes afin de déguster la spécialité de la région : Le crabe au poivre vert de Kampot. Un délice !
De part cette petite ville en bord de mer nous sommes allées sur l’île aux lapins. Elle tient son nom de sa forme qui rappelle le petit mammifère. Nous avons passé une journée sur cette île où nous avons retrouvé par hasard Noémie, que nous avions rencontré plus tôt dans un bus. Une journée tranquille, les pieds dans le sable. Cette île est très sauvage mais l’Homme la détruit petit à petit, beaucoup de construction sont en cours, sans aucun intérêt écologique pour notre planète…
Nous avons ensuite rejoint Sihanoukville et nous sommes parties pour les îles Koh Rong et Koh Rong Samloem (pour ce qui regarde Koh Lanta à la télévisionen ce moment, cette saison a été tournée sur ces îles). Ces îles sont paradisiaques. Il n’y a pas de voiture, pas de route bétonnées seulement du sable. Nous avons ainsi pu admirer les eaux claires aux couleurs bleue turquoise entourées de grandes plages au sable dorée, désertes. Nous étions loin, seules dans un endroit si beau et calme, de quoi prendre le temps de réfléchir sur tout ce que nous avions vu en ces 6 mois de voyages. Nous avons aussi marché dans l’eau plus d’une heure, car elle n’est pas bien profonde. Nous avons ainsi longé la côte recouverte de forêt vierge et de mangroves aux racines élancées dans la mer, un spectacle magnifique.
Hier nous avons rejoint Koh Rong, laissant derrière nous l’île plus sauvage de Koh Rong Samloem, pour une île plus fréquentée mais tout aussi belle. La première différence, ici le sable est si blanc et fin, on croit marcher dans la farine.

Nous sommes maintenant à Phnom Penh où nous resterons jusqu’à lundi, date de notre retour en France,

Merci beaucoup pour votre soutien,

Coline et Flore

REALISATION D’UN REVE : Nager avec du phytoplancton bioluminescent

Hier soir, sur Koh rong, alors que la nuit était bien installée, nous nous sommes embarquées dans une expédition pour admirer le phytoplancton bioluminescent (un peu compliqué comme nom mais c’est très simple, attendez de lire la suite).
Nous avons pris un petit bateau avec 6 autres personnes et nous nous sommes éloignés de la côte lumineuse pour rejoindre le large, dénué de lumière.

Arrivés à un point le bateau s’est s’arrêté pour jeter l’ancre. L’homme à bord nous a distribué un masque et a éteint moteur et lumières. Il nous a alors fait signe de sauter. Nous avions devant nous une mer noire, à une profondeur qu’on ne préfèrait même pas connaître, au milieu de rien… quelle aventure ! Nous nous sommes jetées à l’eau sans gilet de sauvetage, juste maillot et masque. Et la magie a opéré… alors que l’on s’agitait à la surface, une myriade de petits points verts s’est illuminé autour de nous… du phytoplancton bioluminescent ! Il s’agit de plancton qui produisent de la lumière afin d’attirer les poissons, et plus nous bougieons plus il y en avait ! Quel décor fabuleux… un ciel étoilé grandiose, les éclairs au loin, et ses micro-organismes luminescent qui gravitaient autour de nous… nous avions la sensation de nager parmi les étoiles. C’était magique aucun autre mot ne peut décrire ce moment si particulier que nous ne risquons pas d’oublier. (Aucune photo n’a pu être prise étant donné la nuit noire et que nous étions dans l’eau. Il s’agit donc d’une photo qui n’est pas de nous, mais c’est pour vous donner une idée de ce que nous avions vu).

Nous avons à présent quitté les îles et demain nous allons rejoindre Greenschool, un projet créé par un français il y a un peu plus d’un mois dont les bénéficiaires sont les enfants d’un petit village Cambodgien. Nous allons rencontrer les enfants afin de récolter leurs rêves ! Nous avons hâte !
Nous vous parlerons plus précisément de notre séjour dans le sud dans quelques jours,

Merci à tous de partager cette aventure avec nous, merci vraiment,

Coline et Flore

6 MOIS DE VOYAGE

Cela fait aujourd’hui 6 mois que nous avons débuté cette incroyable aventure.

Nous fêtons cet anniversaire depuis une île paradisiaque du sud du Cambodge : Koh Rong Samloem Island .

Merci à tous pour ce soutien jour après jour, merci de nous suivre, merci pour tout.

A très vite pour un nouvel article.

Cambodge – Siem reap – Angkor

Dimanche nous avons mis le réveil très tôt et à 5h, un tuk-tuk est venu nous chercher pour nous faire découvrir ce que l’on attendait avec impatience… Les Temples d’Angkor. Merveille reconnue au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce site abrite plus de 70 temples. Chaque temple est construit sous le règne d’un roi de l’empire Khmer. Il est impossible de tout visiter, une grande partie étant dégradée par les effets du temps et de la pluie.
Nous avons ainsi visité quelques temples, les plus connus, les plus majestueux sans pour autant être semblables. Devant nous s’est donc étendu Angkor Wat, le symbole du Cambodge érigé sur le drapeau officiel du pays. Comment décrire cette sensation de grandeur et l’immensité devant un édifice aussi beau ? Alors que le soleil se levait, nous sommes rentrés, franchissant l’arche massive de pierre pour se retrouver entourées par deux galeries. Sur chacune s’étendait une fresque de gravure, large de deux mètres, décrivant les scènes de guerre des rois khmer et de dieux hindous. Nous avons parcouru ces allées de sculpture, emprunté des escaliers menant ici et là pour parvenir aux trois imposantes tours. Offrant une vue globale sur l’entrée du temple, encadré par la forêt et le lac, les tours dégagent une sensation de puissance et de mystère que le temps ne serait ôter.
Nous avons quitté ce temple pour en découvrir un autre tout aussi envoûtant, le Bayon. Nous nous sommes engouffrés dans le temple sans quitter des yeux les immenses visages surgissant des tours, gravés dans la pierre. Imaginez ainsi des dizaines de tours en pierre grise, où des visages de plusieurs mètres semblent vous scruter, un sourire énigmatique aux lèvres. Et puis quel labyrinthe… les escaliers et couloirs ne paraissent pas suivre une règle de logique ou de symétrie, pourtant une fois en haut, tout apparaît comme étant à sa juste place. Et nous, nous nous sentions petites faces à ses géants gris.
Quittant ses regards, nous avons découvert Ta keo, un temple inachevé, où les escaliers sont d’une pente si abrupte, qu’il s’agit plus d’escalade que de marche à gravir. Arrivée en haut, nous rencontrons la statut de Bouddha (d’abord Hindou, l’empire khmer est devenu bouddhiste sous le règne du roi khmer à la fin du XIIeme siècle).
Nous laissons ce temple-montagne pour nous rendre à Ta prohm, un décor sorti tout droit de l’univers du livre de la jungle… Recouvert par la forêt et la végétation, ce temple a subit d’innombrables dégradations. Pourtant, en là réside la beauté du lieu. D’immenses arbres jaillissant du sol, assaillent les murs de pierre, insinuant leurs racines dans l’édifice. Les arches effondrés, les murs démantelés, les sculptures fêlées sont embellie par la forêt qui s’entrelace avec l’histoire du lieu. Les racines argentées s’écoulent et glissent dans les pierres et nous découvrons émerveillées, encore et encore, la nature reprendre ses droits. (Ce site incroyable a notamment servi de décor au film Lara croft : Tomb Raider de Simon West).
La journée fut incroyable, tellement riche en découverte et histoire. Nous nous sommes senties humbles devant ses fabuleuses constructions, édifiées avec patience, et qui ont traversées les siècles pour offrir à nos yeux les vestiges d’un empire disparu.

Nous sommes maintenant dans le sud du Cambodge à Kampot, la fin du voyage approche, nous serons en France d’ici 15 jours.

Nous vous remercions pour votre soutien et vos partages, à bientôt pour la suite du voyage,

Coline et Flore